Mensuelle septembre - Qui se cache derrière la marque au colibri ? 11 sept. 2018

Un moment de découverte avec Perrine fondatrice de l'entreprise #Ethics, la marque du colibri, et Emma qui accompagne Perrine sur l'animation d'ateliers. 

#jefaismapart

En cette rentrée de septembre, nous avons reçu deux jeunes femmes, Perrine et Emma.

Ces deux jeunes femmes sont animées d’une mission : nous rééduquer dans une dynamique positive.

OK mais nous rééduquer dans quoi ?

Perrine travaillait avant sur les sites d’enfouissement des déchets, de nos déchets, de ses déchets. Prise de conscience.

Elle devient Maman. Prise de conscience.

Elle s’interroge sur la finalité de son métier.

Le déclic se trouvera dans l’accumulation de plusieurs prises de conscience et grâce à un certain Laurent….Laurent Gounelle, qui a ouvert les yeux de pas mal de personnes au final !

Au final, en quittant son ancien job, elle continue sa mission ; non plus en enfouissant les déchets mais en tendant vers le « zéro déchet » et du coup, en désengorgeant les sites.

Elle ose nous dire « Quand on pense déchet, on pense à moi et je le prends bien ! »

Depuis sa boutique située à la Miterrie à Lomme, avec Emma, elles écoutent, conseillent, particuliers comme professionnels. « Réduire les déchets, c’est très féminin. Oui, ce sont les femmes qui vont changer le monde ! » nous dit-elle avec beaucoup d’humour et de convictions !

Emma, qui a le colibri dans la peau (il est tatoué sur son bras et, parole de tatouée, sur une une zone très sensible), nous contera la légende qui a mené au #jefaismapart quelle que soit ma taille. « On n’a pas une boutique, on a un laboratoire ».

Les personnes qui arrivent décidées « allez hop, je prends tout pour faire zéro déchet », Emma et Perrine disent non ! ça se fait pas à pas.

Certains considèrent encore que nos grands-parents se sont battus pour tout ce qu’on a aujourd’hui qui facilite la vie (pour les couches, ça a dû être les grands-mères entend-on avec taquinerie). Mais à ces objections, Perrine répond haut et fort « Non, nos grands-mères se sont battues pour avoir leur place dans le monde professionnel mais pas pour polluer et avoir des couches jetables. Oui c’est pratique, mais nous n’avons plus à laver à la main, à attendre des heures que les machines qui laveraient mal finissent leurs cycles ».

Les réponses aux objections sont pleines de bon sens et pour le coup, rejoignent le militantisme de BPW sur la place des femmes dans le monde professionnel.

Elles ont conscience d’être actrices du changement. En tout cas, à BPW Lille, nous avons adoré leur franc parlé, nous avons adoré les échanges qui ont suivi, nous avons eu nous-même des prises de conscience.

Nous remercions les nouvelles personnes venues nous découvrir. Nous avons toutes passé un moment de grande qualité encore !

NOTEZ LES DATES pour les prochaines mensuelles :

=> 9 Octobre : intervention de Jeanine Audegond, avocate spécialisée en droit de la propriété intellectuelle, sur le #RGPD qui a fait couler beaucoup d’encre (Protection des données)

=> 13 novembre : intervention de Madame Boutard, défenseur des droits

8706ada7-61c3-4747-b7aa-5c0c298cce8d-original.jpeg

Capture d’écran 2018-09-12 à 10.23.39.png

Capture d’écran 2018-09-12 à 10.23.54.png

Capture d’écran 2018-09-12 à 10.24.08.png